dimanche 16 décembre 2018

Changement d’opérateur d’énergie non désiré.





Par 2 fois cette année nous avons eu à intervenir  dans des situations assez similaires où à la suite d’un achat, le consommateur s’est vu changer d’opérateur d’énergie à son insu.

Voici la dernière situation en date :

Claudine achète un frigo dans un magasin Darty,  payable en 3 fois, offre annoncée verbalement       sans frais. Pour ce faire le vendeur lui établit une carte de crédit Menafinances, organisme chargé      de prélever les 3 mensualités sur son compte bancaire (Il aurait été plus simple de signer 3     autorisations de prélèvement !). 

Toutes les opérations se font sur tablette et Claudine n’a pas la présence d’esprit de  demander une copie du document contractuel  qu’elle a signé sans avoir eu le temps de le lire attentivement. Il s’est avéré à l’examen des relevés de compte que le paiement en 3 fois consistait bel et bien en un crédit grevé par des intérêts dont elle se serait passés, étant en mesure de payer son achat comptant.

Mais en même temps elle a, sans le savoir, souscrit à l’offre d’énergie d’ENGIE, liée par une     clause qui lui a échappé, soit à la vente de son  appareil, soit à sa carte de crédit maison  (impossible de vérifier sur le document de la vente qu’elle n’a pas reçu). ENGIE a immédiatement résilié le contrat qu’elle avait avec  EDF, ce dont elle ne s’est aperçu qu’au moment de la première facture d’ENGIE. Elle a aussitôt  demandé à EDF de revenir chez eux, ce qui a été fait. Restée ainsi un peu plus d’un mois chez  ENGIE l’opérateur lui demande très logiquement  de régler ses consommations d’électricité et de gaz pour cette période. 


La question n’est pas de savoir si ENGIE est plus avantageux qu’EDF, mais bien ​que le choix  éclairé du fournisseur d’énergie revienne au consommateur et ne dépende pas d’arrangements plus ou moins occultes entre enseignes et opérateurs. 

Nous déplorons ces méthodes commerciales de plus en plus fréquentes consistant à lier un        contrat d’ énergie à un achat, sauf demande expresse du consommateur. 

Même si le boulanger fait aussi dépôt de presse, qui accepterait qu’il vous mette d’office le journal     avec sa baguette !

Nous vous incitons à
 ● être particulièrement ​vigilants aux clauses figurant sur les documents de vente lors de vos achats  

● ne pas signer de document sans avoir lu à  quoi vous vous engagez (prenez le temps       et ne cédez pas à la pression du vendeur)
 ● exiger une copie papier des conditions générales et particulières de votre  achat ; ne quittez pas le magasin sans ce document
 ● retourner immédiatement sur le lieu de vente pour demander l’annulation de l’abonnement au cas où vous découvririez après coup que votre achat est lié à un changement d’opérateur (énergie, téléphonie, …) que vous ne souhaitez pas. En cas de refus, faites-nous en part.


François Vetter

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire