samedi 14 mars 2020

Les bars, les restaurants, les cafés, les cinémas ou encore les discothèques seront fermés à partir de ce soir minuit. Magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureau de tabac ou encore stations-essence peuvent rester ouverts.

Edouard Philippe : « Les premières mesures de limitation des rassemblements étaient imparfaitement appliquées »

Les bars, les restaurants, les cafés, les cinémas ou encore les discothèques seront fermés à partir de ce soir minuit. Magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureau de tabac ou encore stations-essence peuvent rester ouverts.
Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 19h53, mis à jour à 22h38
.


Dans une allocution solennelle, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé samedi 14 mars au soir la fermeture dès minuit et « jusqu’à nouvel ordre » de tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays », appelant les Français à « plus de discipline » face à la pandémie de coronavirus.
Restaurants, bars, discothèques, cinémas sont appelés à fermer leurs portes. Les commerces sont aussi touchés, à l’exception des magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureau de tabac ou encore stations-essence, a précisé le premier ministre.
Le premier ministre a dressé le constat que les « premières mesures prises de limitation des rassemblements [étaient] imparfaitement appliquées » et que « la meilleure façon de freiner l’épidémie [était] la distanciation sociale ».

Le premier tour des municipales maintenu

En revanche, le premier tour des élections municipales se déroulera dimanche « comme prévu », à condition de « respecter strictement les consignes de distanciation et de priorisation des personnes âgées et fragiles », a ajouté M. Philippe, en demandant « calme » et « civisme » aux Français.
« Tous les services essentiels à la vie de nos concitoyens resteront évidemment ouverts », a précisé le premier ministre. Si « les transports urbains continueront de fonctionner », le gouvernement exhorte les Français à limiter « leurs déplacements et en particulier à éviter les déplacements inter-urbains ».
« Je le dis avec gravité : nous devons tous ensemble montrer plus de discipline dans l’application de ces mesures », a insisté M. Philippe, qui a consulté samedi le Conseil scientifique composé de dix experts. Et d’égrainer :
« Ce que nous devons faire en ce moment, c’est tout simplement d’éviter au maximum de se rassembler, limiter les réunions amicales et familiales, n’utiliser les transports en commun que pour aller au travail et seulement si la présence physique au travail est indispensable, ne sortir de chez soi que pour faire ses courses essentielles, faire un peu d’exercice ou voter. »
Le premier ministre a ainsi appelé les entreprises et les administrations à développer « massivement » le télétravail pour permettre à un maximum de gens de rester à leur domicile, et ce dès lundi.
M. Philippe a notamment déploré avoir « vu trop de gens dans les cafés, les restaurants ». « Cela me réjouirait en temps normal, mais pour quelques semaines ce n’est pas ce que nous devons faire », a-t-il renchéri, notant que « les premières mesures prises de limitation des rassemblements étaient imparfaitement appliquées ».

Passage au stade 3 de l’épidémie

Dans la foulée de l’allocution ministérielle, le directeur général de la santé Jérôme Salomon a annoncé que 830 nouveaux cas de patients infectés par le nouveau coronavirus avaient été détectés en France, pour un total de 4 500 depuis le début de l’épidémie qui a fait pour l’heure 91 morts dans le pays. Dans ce contexte, la France est passée samedi au « stade 3 » de l’épidémie, signifiant que le virus circule désormais sur tout le territoire.
« Les gens ne respectent pas l’esprit de ce qui a été suggéré par le président jeudi, c’est un facteur d’accélération important du virus », explique-t-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron, qui a consulté samedi matin le conseil scientifique mis en place pour lutter contre l’épidémie. Selon un proche, le président de la République a été en contact ces derniers jours avec ses homologues européens dans une logique de « coordination ». Cette décision de monter au stade 3 équivaut à « harmoniser les positions, notamment avec l’Allemagne », où deux Lander ont pris des mesures similaires à celles annoncées ce soir par Edouard Philippe.

Sur les municipales, « on ne peut plus reculer »

Concernant l’organisation du premier tour des élections municipales, dimanche, un familier de l’Elysée reconnaît l’impossibilité d’y renoncer, à quelques heures de l’ouverture des bureaux de vote : « Il est difficile de reculer. Les scientifiques nous ont dit qu’elles pourraient se tenir. »
Quid du second tour, qui doit se dérouler en théorie dimanche 23 mars ? « Nous verrons pour le second tour », indique un proche de M. Macron. Un interlocuteur régulier du chef de l’Etat, de son côté, souligne « la pression des pour et des contre » dont Emmanuel Macron a été l’objet ces derniers jours quant à la possibilité d’une annulation. Une partie de l’opposition s’était émue, jeudi, de cette hypothèse, envisagée l’espace de quelques heures.
« L’ensemble du système politique s’est manifesté, le président était mis en demeure de ne pas annuler ces élections », estime cette source, selon qui leur maintien était nécessaire à « l’unité de la nation ». Samedi soir, le Parti socialiste a réagi auprès du Monde : « Nous n’avons jamais été consultés sur le maintien ou le report des élections », indique l’entourage d’Olivier Faure, le premier secrétaire du PS.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire